No. 70/1    mars 2017

 

Béatrice Berrut

Par Vincent Arlettaz

Béatrice Berrut

© Aline Fournier

 

La Valaisanne Béatrice Berrut fait partie de ces jeunes pianistes à l'ascension fulgurante: invitée dans des salles prestigieuses telles que le Wigmore Hall de Londres, la Philharmonie de Berlin, à Cleveland ou à Buenos Aires, elle vient de publier son cinquième disque, consacré à Liszt. En Suisse romande, on l'entendra notamment le 7 avril à la Salle Paderewski à Lausanne, et le 3 mai à la Fondation Gianadda.

Née en 1985 à Monthey dans le Chablais valaisan, Béatrice Berrut commence sa formation musicale au Conservatoire cantonal, avant de travailler sous la direction de Pierre Goy à Lausanne; ce dernier va l'orienter vers l'école d'Heinrich Neuhaus (1888-1964), artiste ukrainien qui fut un des professeurs les plus éminents du Conservatoire de Moscou, maître de Sviatoslav Richter et d'Emil Gilels notamment. C'est auprès de deux élèves de Neuhaus (ou de son fils, Stanislav) que Béatrice va forger son métier, d'abord à Zurich (auprès d'Esther Yellin), puis à Berlin, au Conservatoire Hanns Eisler, où sa professeure, pendant cinq ans, sera Galina Iwanzowa. Ce cursus sera encore complété par deux ans de perfectionnement à Dublin, auprès de John O'Conor. Malgré un tel parcours, Béatrice reconnaît ne pas être particulièrement attirée par la musique russe -- bien que des concertos de Rachmaninov par exemple figurent à son répertoire. Ses prédilections? Mozart («Je me damnerais pour sa musique»), Bach, et la musique romantique, en particulier postromantique -- période pour laquelle, une fois n'est pas coutume, les pianistes ne disposent pas d'un répertoire pléthorique...

 

Pour lire la suite...

RMSR mars 2017

La version gratuite de cet article est limitée aux premiers paragraphes.

Vous pouvez commander ce numéro 70/1 (mars 2017, 64 pages, en couleurs) pour 13 francs suisses + frais de port (pour la Suisse: 2.50 CHF; pour l'Europe: 5 CHF; autres pays: 7 CHF), en nous envoyant vos coordonnées postales à l'adresse suivante (n'oubliez pas de préciser le numéro qui fait l'objet de votre commande):

 

info@rmsr.ch

(Pour plus d'informations, voir notre page «archives».)

 

Retour au sommaire du No. 70/1 (mars 2017)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 31 mars 2017)